UNE BONNE GESTION DES RESSOURCES EN EAU

Pour une bonne gestion des ressources en eau
Wascal forme des étudiants du Bénin et de l’Algérie

 

La phase 2 du programme Wascal est désormais effective à l’Université d’Abomey- Calavi. Présidée par le Directeur du centre Ouest africain de service scientifique sur le changement climatique et l’utilisation adaptée des terres (Wascal),
le professeur Julien Adounkpè, la cérémonie d’ouverture s’est déroulée, dans l’une des salles de l’institut, mercredi dernier, en présence des enseignants et étudiants.
Dix étudiants du programme Pan African University Institute of Water and Energy Sciences (PAUWES) venus de l’Algérie échangeront avec leurs collègues du Bénin (10 également) sur les questions de ressources en eau. Ces étudiants en fin de Master ou en thèse de doctorat au nombre de 20 au total bénéficieront de l’expérience des enseignants chercheurs de du Bénin et de l’Algérie. En effet, le programme Wascal qui est à sa deuxième phase est un programme doctoral qui englobe 10 pays de l’Afrique de l’Ouest, lesquels portent essentiellement leurs préoccupations sur le changement climatique. « Nous avons déjà observé deux années de travail dans un projet Wascal-Pauwes1. Deux années pendant lesquelles nous avons abouti à des résultats satisfaisants. C’est la raison pour laquelle le projet a été reconduit pour deux autres années. Et la première manifestation scientifique, c’est ce workshop qui est organisé ici au Bénin », a fait savoir
le professeur Chabane Sari Sidi Mohamed, Coordinateur Wascal-Pauwes 2 de l’Algérie. Cette formation qui durera deux semaines a été initiée sur la base des besoins de exprimés par les étudiants eux-mêmes de combler ce qu’ils ont identifié comme lacunes en eux. C’est en fonction des besoins exprimés que la formation a été décidée et les différents modules ont été mis en place », a exprimé le Directeur du Wascal-Bénin,
le professeur, Julien Adounkpé avant d’ajouter que c’est un programme conjoint entre trois Universités Tlemcen de l’Algérie, l’UAC du Bénin et celle du Niger. « Ce programme financé par l’Allemagne nous a mis ensemble pour qu’on identifie les besoins spécifiques des étudiants compte tenu du fait qu’ils sont appelés à jouer de très grands rôles dans un futur très proche pour le développement de l’Afrique », a-t-il souligné. Ainsi, ce programme vise à former une relève de qualité pour un véritable développement de l’Afrique. « Nous voulons qu’à la fin de la formation, ils puissent être en mesure de réagir par rapport aux situations auxquelles ils ne réagissent pas parce qu’ils n’avaient pas encore les compétences », a-t-il soutenu. C’est dire donc que les participants vont acquérir de nouvelles connaissances pour pouvoir mieux faire face aux défis liés aux changements climatiques. Il faut préciser que la particularité de cette formation est qu’elle ne se limitera pas seulement au volet pratique, mais les étudiants auront également l’opportunité de joindre la théorie à la pratique. « Il y a des enseignants chevronnés très expérimentés qui sont prévus pour leur donner des formations tant en hydrologie qu’en climatologie. Ils auront également à échanger sur des expériences de terrain avec des encadreurs qui viennent aussi bien de l’Université que du milieu professionnel », a laissé entendre
le professeur Agnidé Emmanuel Lawin, Directeur adjoint du programme Wascal sans manquer d’exhorter les étudiants à l’assiduité et à l’écoute des activités.